Conception de jardin et développement durable

Lors de la conception d’un jardin, il existe un certain nombre de moyens permettant d’intégrer votre futur jardin dans une logique de développement durable. La création d’un jardin durable peut en effet contribuer à accroître la biodiversité, apporter une solution écologique à la flore et à la faune, tout en maintenant un facteur d’attrait visuel intéressant.
Outre le fait de jardiner de manière « durable » il existe de nombreuses mesures que nous pouvons prendre pour réduire l’impact négatif de nos activités sur l’environnement.

J’ai listé ci-dessous quelques conseils que nous pouvons tous appliquer, en tant que concepteurs et jardiniers pour concevoir et jardiner de manière plus durable. Cette liste est bien évidement non exhaustive.

  • Réduire les tontes:

Les pelouses absorbent bien le carbone et constituent donc un élément important du « puits de carbone » urbain. L’entretien régulier d’une pelouse utilise beaucoup de ressources: la consommation d’essence, l’arrosage et l’ajout d’engrais consomment tous des ressources de différentes manières.
Il est possible de laisser les coupes de tonte sur la pelouse afin que l’azote se décompose dans la pelouse et la nourrisse. C’est certainement une option qui représente moins de travail, puisque nous n’aurons pas à nous débarrasser des déchets de tonte. Et cela permet d’économiser de l’argent sur l’achat d’engrais. Il est également conseillé de tondre la pelouse moins souvent. Cela signifie automatiquement que vous utiliserez moins d’essence ou d’autres énergies. Cela signifie également que de petites fleurs sauvages pousseront sur la pelouse, nourrissant ainsi les pollinisateurs.

  • Garder vos « déchets » dans votre jardin

Laissez le carbone dans votre jardin » Lorsque vous tondez la pelouse ou taillez vos arbres et arbustes, les déchets de coupe contiennent du carbone. Plutôt que de les emmener au centre de tri, utilisez les directement en vous équipant d’un composteur que vous pouvez également fabriquer vous-même.

Le compostage est une autre activité bénéfique importante et simple. Nourrissez votre sol, et tout ce qui se trouve en amont dans la chaîne alimentaire vous remerciera. Fabriquer son propre compost et réduire ainsi les kilomètres de transport, les coûts d’emballage et d’énergie liés à l’importation de matériaux présente de grands avantages écologiques.

 

  • Privilegier les fournisseurs et materiaux locaux

Lorsque nous pensons à nos jardins en termes de conception, les choix que nous faisons peuvent avoir un impact profond sur l’environnement. Des choses simples comme le choix de plantes provenant de pépinières locales et/ou qui ont été cultivées en France ou encore mieux dans votre région réduisent l’empreinte carbone de leur transport. Ceci peut également contribuer à limiter la propagation des parasites et des maladies importés qui sont un problème croissant. Les matériaux locaux peuvent signifier choisir des pierres de la région, par exemple, plutôt que de l’ardoise brésilienne ou du grès indien, ce qui réduit également les kilomètres de transport.

  • La construction de votre jardin

La façon dont nous choisissons de construire nos jardins est tout aussi importante. L’utilisation de systèmes de pavage perméables pour garder autant d’eau de surface que possible à l’intérieur de votre jardin plutôt que de solliciter le réseau des eaux pluvibles pour ensuite de nouveau consommer de l’eau traitée pour arroser votre jardin.
Une maison moyenne rejette 45 000 litres d’eau de pluie par an. Conserver et réutiliser cette eau est donc l’une des façons les plus écologiques d’aider l’environnement et votre jardin. L’aménagement paysager avec des surfaces perméables permet à l’eau de s’infiltrer dans le sol pour faciliter la filtration et ralentir l’écoulement dans les égouts et les cours d’eau. Ceci réduit ainsi les inondations localisées qui peuvent affecter la faune de manière significative. Les revêtements perméables peuvent être conçus pour diriger l’eau de ruissellement vers les bordures fleuries ou les massifs voisins. Le gravier et les copeaux d’ardoise ou le paillis sont des alternatives perméables au pavage solide tout en ajoutant un élément plus doux à l’aménagement paysager dur. Parmi les autres matériaux perméables, citons l’asphalte poreux et le pavage en blocs, qui permettent à l’eau de pénétrer dans le sol et peuvent également prévenir les problèmes d’affaissement.